Moniteurs de qualité d'air

Différents moniteurs, plusieurs options et design

Nous proposons une large gamme de moniteurs de qualité d’air incluant différentes options personnalisables tels que les capteurs intégrés, la couleur du produit et sa forme.

Il est possible de choisir entre différents capteurs qui s’ajouteront aux capteurs de série (température et humidité) tels que : CO, CO2, PM2.5, HCHO, TVOC.

Vous avez la possibilité de choisir la couleur parmi un choix de trois couleurs par modèle + nommer les 3 couleurs (rose, champagne ou argent).

moniteur-de-qualite-dair-1-nityam-smart
moniteur-de-qualite-dair-3-nityam-smart
moniteur-de-qualite-dair-6-nityam-smart

Le moniteur de qualité d’air toutes options

Ce moniteur possède l’ensemble des capteurs permettant de détecter en même temps : PM2,5, CO2, HCHO, TVOC, température et humidité.

Ce moniteur affiche les informations et avertissements grâce à un éclairage coloré (vert, bleu, jaune et rouge). Ces couleurs sont des avertissements visuels et des conseils.

moniteur-de-qualite-dair-explication-1
moniteur-de-qualite-dair-1-nityam-smart

Un moniteur de qualité personnalisable

Cette famille de moniteurs est personnalisable, il vous est possible de choisir jusqu’à deux capteurs (CO, CO2, PM2.5, HCHO, TVOC au choix) en complément de la température et du taux d’humidité.

Doté d’un très bel écran LED, les informations et avertissements sont affichés grâce à un éclairage coloré (vert, bleu, jaune et rouge). Ces couleurs sont des avertissements visuels et des conseils.

Personnalisez les capteurs ainsi que la couleur (rose, champagne ou argent) du moniteur de qualité d’air.

moniteur-de-qualite-dair-2-nityam-smart
moniteur-de-qualite-dair-3-nityam-smart
moniteur-de-qualite-dair-4-nityam-smart
moniteur-de-qualite-dair-5-nityam-smart

Un moniteur de qualité discret et accessible

Ce moniteur discret et design vous permet d’avoir une information principale (CO, CO2, PM2.5, HCHO, TVOC au choix) en plus de la température et du taux d’humidité.

Ce moniteur affiche les informations et avertissements grâce à un éclairage coloré (vert, bleu, jaune et rouge). Ces couleurs sont des avertissements visuels et des conseils.

Personnalisez la couleur du moniteur de qualité d’air (vert, rose ou violet) au choix.

moniteur-de-qualite-dair-6-nityam-smart
moniteur-de-qualite-dair-7-nityam-smart

Comprendre nos moniteurs de qualité d’air

Les moniteurs de qualité de l’air permettent de mesurer le taux de pollution de l’air intérieur. Surveiller les polluants permet de se prémunir de leurs effets négatifs sur la santé. Ils sont dotés de capteurs précis qui fournissent des informations fiables que vous pouvez consulter facilement depuis leur écran ou sur votre smartphone.

Nous respirons de l’air environ 1 million de fois par mois le plus souvent dans des espaces clos qui nous exposent à des polluants biologiques et chimiques nombreux. Un récent rapport de l’OMS indique que la pollution de l’air intérieur pourrait causer ou contribuer à 99.000 décès prématurés par an en Europe. Les moniteurs de qualité de l’air sont des solutions de surveillance qui mesurent le niveau de confinement d’une pièce (le taux de pollution de l’air intérieur) afin d’agir en connaissance de cause. Le Ministère de l’Education recommande par exemple d’aérer les pièces à partir de 800 PPM de CO² dans l’air.

Des études ont prouvé que 96% des foyers présentent au moins un type de problème de qualité de l’air intérieur. Un capteur qualité d’air indique en temps réel les niveaux de polluants courants et les autres conditions de l’air à l’intérieur de votre maison. Le coupable peut être n’importe quoi, de la poussière excessive à l’humidité élevée en passant par les émissions des produits de nettoyage ménager ou des matériaux de construction. Le problème est que la plupart des gens ne savent pas qu’il y a un problème. S’ils le découvrent en raison de symptômes d’allergie ou d’effets plus graves sur la santé, ils ne savent pas exactement quel polluant en est la cause.

Nos capteurs de qualité de l’air intérieur vous avertissent des niveaux dangereux par un voyant lumineux et par des notifications sur votre smartphone. Lorsque vous vous rendez compte de l’atteinte d’un niveau dangereux, vous pouvez prendre des mesures pour le réduire, généralement en ouvrant certaines fenêtres.

CO², Les datas à prendre en compte

Qu’est-ce que le CO² (Dioxyde de carbone) ?

Le dioxyde de carbone, également appelé gaz carbonique ou anhydride carbonique, de formule moléculaire CO², est un gaz incolore, inerte et non toxique. Il se compose de deux atomes d’oxygène et d’un atome de carbone.

Le CO² n’est pas considéré comme un polluant du fait de sa présence naturelle dans l’atmosphère et de son rôle dans le cycle de la vie.

Quels sont les exemples d’évènements qui peuvent entraîner une forte concentration de CO² dans l’air et ainsi devenir dangereux ?

À des concentrations élevées, le dioxyde de carbone peut déplacer l’oxygène de l’air, privant ainsi le corps d’oxygène, ce qui peut causer une perte de conscience. Le dioxyde de carbone agit également comme un puissant dépresseur du système nerveux central.

Les sources du CO² sont également liées aux activités humaines (engrais, pesticides, combustion fossiles, pétrole, fuel, chauffage, trafic routier…).

L’air contient aujourd’hui environ 0,04% de CO². À partir d’une certaine concentration dans l’air, ce gaz s’avère dangereux voire mortel. La valeur limite d’exposition est de 3% sur une durée de 15 minutes. Cette valeur ne doit jamais être dépassée. Au-delà, les effets sur la santé sont d’autant plus graves que la teneur en CO² augmente. Ainsi, à 2% de CO² dans l’air, l’amplitude respiratoire augmente. À 4%, la fréquence respiratoire s’accélère. À 10%, peuvent apparaître des troubles visuels, des tremblements et des sueurs. À 15%, c’est la perte de connaissance brutale. À 25%, un arrêt respiratoire entraîne le décès.

Les valeurs importantes :

De 0 à 599 ppm : Niveau correct de CO².

De 600 à 1199 ppm : Niveau moyen de CO². Il est recommandé d’ouvrir les fenêtres quelques minutes pour aérer.

Dès 1200 ppm : Niveau trop élevé de CO². Il faut immédiatement aérer la pièce pour faire baisser la concentration en CO².

CO, Les datas à prendre en compte

Qu’est-ce que le CO (Monoxyde de carbone) ?

Comme tout gaz, étant invisible et inodore, il reste très dangereux. Quand on le respire, il prend la place de l’oxygène. Des maux de tête apparaissent, des nausées, de la fatigue ainsi que des évanouissements.

Comme d’autres gaz, celui-ci est extrêmement dangereux et peut provoquer la mort dans certains cas.

Quels sont les exemples d’évènements qui peuvent entraîner une forte concentration de CO dans l’air et ainsi devenir dangereux ?

Le monoxyde de carbone (CO) est potentiellement mortel, il résulte d’une combustion incomplète, et ce quel que soit le combustible utilisé : bois, butane, charbon, essence, fuel, gaz naturel, pétrole, propane et se diffuse très vite dans l’environnement.

Comment s’en prémunir ?

Faire vérifier tous les ans, avant l’hiver, les appareils de chauffage par un professionnel : chaudière, conduit, chauffe-eau, poêle, cheminée, etc… Et demandez une « attestation d’entretien » prouvant que vos appareils sont bien entretenu.

Les valeurs importantes :

De 0 à 10 ppm : Niveau correct de CO, aucun danger.

De 11 à 49 ppm : Niveau moyen de CO. Il est recommandé d’ouvrir les fenêtres quelques minutes pour aérer.

Dès 50 ppm : Niveau trop élevé de CO. Il faut immédiatement sortir et aérer la pièce pour faire baisser la concentration en CO.

PM2.5, Les datas à prendre en compte

Qu’est-ce que le PM2.5 (Particulate Matter 2.5 microns) ?

PM signifie « Particulate Matter », particules fines en anglais.

Ces valeurs sont exprimées en microns. C’est à dire que les PM2.5 sont des particules d’un diamètre inférieur à 2.5 microns. Pour rappel, un micron = 0.001 millimètre.

Ces particules sont particulièrement dangereuses pour la santé car elles sont tellement fines qu’elles peuvent aisément pénétrer au plus profond de nos voies respiratoires. L’inhalation de ce type de particules se traduit en premier lieu par des bronchites chroniques et de l’asthme.

L’impact sanitaire des particules fines est difficile à mesurer, cependant, selon un rapport du programme Clean For Europe, elles réduisent l’espérance de vie et sont responsables de 42 000 décès en France chaque année.

Quels sont les exemples d’évènements qui peuvent entraîner une forte concentration de PM2.5 dans l’air et ainsi devenir dangereux ?

Les origines de ces particules sont diverses : naturelle (érosion des sols, pollens, feux de biomasse…) et/ou liées à l’activité humaine (combustion, industrie, épandages agricoles, trafic routier…). 

Si chez l’adulte en bonne santé, la pollution aux microparticules (inférieures à 2,5 microns, appelées PM2,5) provoque seulement une gêne passagère (toux, yeux qui piquent…), c’est un facteur aggravant chez les personnes souffrant d’une maladie respiratoire comme une broncho-pneumopathie chronique ou de l’asthme, ainsi que chez les enfants (dont les poumons sont encore immatures) et les personnes âgées (qui ont une capacité ventilatoire diminuée).

Des risques cardio-vasculaires sont recensés, un impact a également été observé chez les femmes enceintes donnant vies à des enfants plus petits.

Les valeurs importantes :

De 0 à 15 µm : Niveau correct de PM

De 16 à 30 µm : Niveau moyen de PM

Dès 31 µm : Niveau élevé de PM

HCHO, Les datas à prendre en compte

Qu’est-ce que le HCHO (Formaldéhyde) ?

Le Formaldéhyde (HCHO) est une molécule inodorante, incolore et cancérigène. Les principaux effets sur la santé sont l’irritation des voies respiratoires, des sensations de brûlure dans les yeux et de nausée ainsi que des difficultés respiratoires. Ces symptômes peuvent apparaître même à des concentrations assez faibles (100 ppb).

Extrêmement courant, le formaldéhyde est utilisé comme désinfectant ou biocide (germicide, insecticide, fongicide), comme fixateur et comme liant dans des résines. On le retrouve dans les produits de bricolage, d’entretien, dans les revêtements de murs, de sols ou de meubles, dans les plastiques, dans la fumée de tabac…

Quels sont les exemples d’évènements qui peuvent entraîner une forte concentration de HCHO dans l’air et ainsi devenir dangereux ?

Les principales sources d’émission en air intérieur sont : les résines et colles à base d’urée formol ou phénol-formol, les mousses isolantes, la laine de verre et de roche, les peintures et vernis, les moquettes et parquets, les produits d’entretiens et de cosmétiques, la fumée de tabac etc… 

Le formaldéhyde peut provoquer des allergies cutanées. Elles se manifestent généralement par un eczéma de contact localisé ou une urticaire. Le formaldéhyde peut également être à l’origine d’allergies respiratoires : rhinite allergique ou asthme.

Le formaldéhyde est également classé cancérogène avéré chez l’Homme depuis 2014, provoquant le cancer du nasopharynx.

Les valeurs importantes :

De 0 à 0,3 ppm ou 0,37 mg/m3 : Niveau correct de HCHO, aucun danger.

Dès 0,6 ppm ou 0,74 mg/m3 : Niveau trop élevé de HCHO. Il faut immédiatement sortir et aérer la pièce pour faire baisser la concentration en HCHO.

TVOC, Les datas à prendre en compte

Qu’est-ce que le TVOC (ou VOCT) ?

Les composés organiques volatils totaux (TVOC ou VOCT) sont dangereux et leur inhalation peut être nocive pour la santé. Les effets des COVT dépendent de leur composition chimique, du degré d’exposition et de la ventilation environnante. 

En général, les COVT sont dilués par les systèmes de ventilation et ont peu ou pas d’odeur.

Le formaldéhyde (HCHO) fait partie de la famille des TVOC (ou VOCT).

Quels sont les exemples d’évènements qui peuvent entraîner une forte concentration de TVOC (ou VOCT) dans l’air et ainsi devenir dangereux ?

Les émissions des COVT proviennent de nombreuses sources. Il s’agit par exemple des matériaux de construction, des équipements d’entretien et des produits de gardiennage.

Nous retrouvons de multiples exemples d’évènements communs au HCHO car le HCHO fait partie de la famille des organismes volatils (VOCT). 

Les symptômes de dépassements de seuils sont une irritation des muqueuses nasales et des yeux, des picotements à ce niveau, des larmoiements, des troubles respiratoires et à haute dose un œdème pulmonaire, à terme un risque mortel.

Les valeurs importantes :

De 0 à 500 ug/m3 : Niveau correct, aucun symptômes à quelques irritations et inconforts.

De 501 à 1000 ug/m3 : Niveau moyen, symptômes d’irritation plus présent.

Dès 1001 ug/m3 : Niveau élevé, fortes irritations et désagréments ressentis.

Température et Humidité, des capteurs nativement intégrés

Des capteurs de séries ?

Nous intégrons par défaut deux capteurs dans tous nos moniteurs de qualité d’air. Les capteurs de température et de taux d’humidité ambiants. La température est exprimé en degrés Celsius (°C) et le taux d’humidité en pourcentage (%).

Quels sont les dangers d’un taux d’humidité élevé dans votre maison ?

Si le taux hygrométrique de votre habitat se situe autour de 70% et plus, alors votre habitation est très humide. C’est un véritable danger pour votre maison, car cela peut abimer l’architecture et le côté esthétique de votre logement.

Exposer votre organisme longtemps aux champignons ou aux moisissures peut fragiliser votre santé et celle de votre entourage. Ils causent des infections respiratoires, des maladies oculaires et bien d’autres pathologies, qui affectent non seulement les enfants mais aussi les adultes.

Quelles astuces pour remédier à l’humidité dans l’habitat ?

– Agrandir ou créer les voies d’aération supplémentaires ;

– Assécher vos murs avec une solution hydrofuge ou de la résine ;

– Créer un dispositif d’évacuation des eaux autour de la maison ;